Non classé

Demain, j’arrête le sucre. #1

Quel challenge mes amis, j’arrête le sucre, en tout cas je vais essayer. Je n’arrête pas pour une question de régime avant les vacances, j’ai bien quelques kilos à perdre comme tout le monde mais cela ne me gêne pas. Non, c’est pour ma santé et pour mon pancréas. En même temps, je m’interroge, n’est ce pas un effet de mode ?

Je dis challenge car le sucre et moi c’est une très longue histoire d’amour. Je ne me souviens pas de ma première sensation sucrée mais cela remonte à très loin. Comme on dit dans le ch’Nord, je suis « eun bouk à chuk » (une bouche à sucre).
Aujourd’hui, à 48 ans, je suis toujours une bouche très sucrée du petit déjeuner jusqu’au coucher. Je ne vais pas vous faire la liste de tout le sucre mangé sur une journée, entre le vrai sucre et le sucre caché dans les aliments industriels, mais la liste est très longue.
Sur ordre (avec bienveillance) de mon médecin, ça y est le jour J est arrivée : je dois vraiment diminuer ma consommation de sucre si je veux continuer à être en bonne santé !
Je savais que ce jour arriverait, je me doutais bien que consommer autant de sucre n’était pas bon pour ma santé mais comme je ne grossissais pas et que je n’avais pas de souci de santé, je continuais ce plaisir au quotidien.

Sucre 1

En sortant de chez le médecin, je me suis ruée sur le web pour trouver des idées de « régime » sans sucre. Le plus dur pour moi était d’imaginer mon petit déjeuner qui se compose depuis toujours de biscuits « big choco », environ 5 et du pain, une demi baguette avec de la confiture (j’ai arrêté le Nutella depuis peu à cause de l’huile de palme) et un jus de fruit. J’ai l’impression de vous raconter ma life mais je pense que nous sommes nombreux à avoir cette bouche sucrée et que l’on peut s’aider, se soutenir, s’encourager. Ceux qui ne sont pas « sucrés » ne peuvent pas comprendre le vrai dilemme qui s’impose à nous ! Le sucre est une drogue !

Sucre 2

« C’est une substance ultra-addictive, pire que l’alcool et que le tabac. Les chercheurs du CNRS de Bordeaux comparent même le sucre à la cocaïne, depuis qu’ils se sont aperçus que les rats de laboratoire ne peuvent plus décrocher une fois qu’ils y ont goûté. Disons-le une fois pour toute : le sucre est une drogue. D’ailleurs cela fonctionne de la même manière. Quand vous en mangez, votre cerveau libère de la dopamine (c’est le nom scientifique de l’hormone du plaisir). Quand vous avalez quelque chose de sucré, l’organisme s’en aperçoit. Informé d’une hausse du taux de sucre dans le sang, le pancréas sécrète de l’insuline pour faire pénétrer le sucre dans les cellules (on dit qu’on fait un pic d’insuline). Juste après, on ressent un coup de pompe. D’où l’envie de recommencer. » Michel Cymes.

Alors, pour commencer, il faut savoir que toutes les préparations industrielles (pâtisseries, bonbons, soda, gâteaux. plats préparés, pizza, pâtes, pain blanc, beignets, céréales) sont à bannir. La seule que je ne mange pas ce sont les céréales. Ça va être coton !
Donc, si je comprends bien, je peux prendre des apéros avec petits biscuits et petites saucisses? Et les gâteaux, si je les fais moi-même, je peux ou pas? J’ai comme un doute. Pas si facile de comprendre où est le sucre! On a l’impression qu’il est partout.

Et voilà, j’attaque mon 4ème jour. Victoire, pas de « craquage »!
Bon, je n’ai pas arrêté tout le sucre. J’ai réussi à supprimer les biscuits, la confiture et le pain blanc du petit déjeuner. Je les ai remplacés par du pain complet et du fromage. Le plus dur, je l’avoue c’est à la fin du repas et dans l’après-midi. C’étaient mes pics de consommation de folies sucrées : un cornet de glace à chaque fin de repas et au goûter, un bon vrai goûter d’autrefois : pain, beurre, chocolat et quand je dis chocolat c’est souvent la tablette.

Aujourd’hui, pour compenser, je mange beaucoup de raisins, naturellement sucrés et de mûres (c’est pour cela que je vous disais que je n’arrêtais pas tout le sucre). Et la carotte est devenue une très bonne amie (car elle est sucrée mais naturellement donc c’est bon). Je mange également des noix et des amandes et des raisins secs.
J’ai décidé également de me faire plaisir le week-end, à savoir un petit plaisir au déjeuner et au goûter, pas le premier week-end évidemment, trop peur de replonger. On dirait une accroc qui parle. D’ailleurs, connaissez-vous le surnom du sucre? Et bien c’est « « l’autre poudre blanche ». Tiens, je me demande s’il y a des prises de parole genre « sucre anonyme »? Ça pourrait être bien.

Pour le moment, j’arrive à diminuer le sucre, mon faux ami car il fait vraiment très chaud, tellement chaud qu’on a pas très faim. En plus comme c’est le début, on veut y arriver et on est ultra motivé. Et puis ce n’est pas un régime total, c’est juste le sucre que je dois arrêter. Et puis surtout, cela ne fait que 4 jours…

 

Les sensations au 4ième jour.

  • Je suis fatiguée, on m’avait pourtant dit que c’est le sucre qui me fatigue.
    Le sacro cercle infernal : « lorsqu’un aliment sucré est ingéré, le pancréas va sécréter de l’insuline pour aider à la pénétration du sucre donc du glucose dans les cellules. Cette action va générer un pic d’insuline, puis une sensation d’hypoglycémie réactionnelle, et l’on consommera donc du sucre pour se sentir mieux. C’est là que l’enchaînement de causes à effets reprend. Ainsi, on alterne les coups de pompe et les coups de boost, notre énergie n’est jamais stable et c’est bien sûr épuisant pour le corps. »
    Bon, du coup j’ai une bonne excuse pour faire la sieste tous les jours.
  • Irritable? On m’avait dit également que je serais irritable, heureusement, j’ai commencé ce sevrage quand j’étais seule à la maison. Et pour tout vous dire, je ne me sens pas irritable mais irritable contre soi-même ce n’est pas évident. Monsieur vient de rentrer. On va vite voir !
  • Nouvelles sensations en bouche. De nouvelles habitudes alimentaires qui permettent de changer sa façon de cuisiner et de goûter à d’autres aliments. Moi qui n’était pas très herbes, j’en mets partout histoire de prendre du plaisir autrement et j’avoue que j’aime cela.
  • La sensation de faim toujours présente. Pas facile de changer ses habitudes, une fois le repas terminé et le raisin qui m’apporte un peu de sucre, 2 heures après comme une envie de sucre, mais je résiste, je résiste. A partir de quand on n’a plus envie de sucre?
  • Bon, moins sexy, mais la constipation que toutes les femmes connaissent, a disparu depuis ce régime sans sucre. Hasard?

 

Cela fait 4 jours que je ne mange pas de sucre, seulement 4 jours mais je dis BRAVO.

On refait le point dans 1 mois juste avant mon départ en vacances en septembre.

 

Surtout, si vous avez des astuces, partagez, partagez….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s