Au jardin·Non classé·Pensée Positive

Vous avez demandé des jardinières? ne quittez pas ! #1

Comme vous le savez probablement, je créée actuellement mon entreprise : La Jardinerie Buissonnière. C’est une jardinerie nomade qui va proposer des plantes pour l’extérieur sur les foires aux plantes et les marchés. Je suis dans les starting-blocks et quasiment prête pour le démarrage en mars 2019.

Et voilà, qu’on me demande (« on » étant des mairies et des clients), des jardinières toutes faites ! Cela n’était pas prévu dans mon programme.
Ni une, ni deux, hop, j’accepte cette idée et je relève le défi. L’offre jardinières sera proposée au mois de mai, le temps que les plantes fleurissent.
Il me semble important d’écouter les besoins des autres et plus particulièrement quand on est auto-entrepreneur. Et puis je trouve que cela booste, cela donne des idées que l’on n’aurait pas forcément eu soi-même. 

yellow-926708_1920


Vous avez demandé des jardinières? ne quittez pas…

Faire ses propres jardinières c’est facile, il faut juste se rappeler quelques petits principes.

Je vous propose, dans ce premier papier, de balayer les différentes étapes de préparation. Puis en mars, on attaquera l’étape de la création : choix des plantes et plantation. Vous pourrez faire appel à votre créativité.
Vivement le printemps ! Et puis, non, d’ailleurs, car toutes les saisons sont belles au jardin. Et surtout, il est important de savourer chaque moment.

Ark Redwood :
« Le jardinage offre une multitude d’occasions d’entraîner son esprit à la pleine conscience »


  • 1ère étape : trouver et préparer les contenants.

Je vous propose de nous attacher aux différents contenants qui vont accueillir votre créativité. C’est le premier moment sympa où l’on peut se faire plaisir et imaginer toutes sortes de contenants.
Lâchez-vous, amusez-vous, surprenez-vous.

Mon côté eco-friendly, vous invite à privilégier les sacs géotextile recyclables ou à utiliser des choses, déjà présentes chez vous, qui traînent à la cave, au garage, au fond du jardin…
Si vous n’avez pas d’idées précises, je vous propose quelques exemples pris sur Pinterest.
Les jardinières peuvent se faire avec des contenants en terre cuite, en osier, en zinc (toujours à la mode le zinc) ou en bois. Et si vous êtes DIY, vous pouvez fabriquer vous-mêmes votre jardinière à partir d’une palette ou directement avec du bois.


Je vous invite à prendre, à minima, des contenants d’une profondeur  de 20 cm. Cela vous permettra d’accueillir un grand nombre de plantes voir d’arbustes. Concernant les modèles (rectangulaire, carré ou rond), c’est à vous de voir en fonction de l’agencement que vous souhaitez faire. Et rappelez vous que plus le contenant est petit et plus vous devrez être vigilants concernant l’arrosage. Une petite quantité de terreau se dessèche beaucoup plus vite…


Nettoyage des contenants.
Profitez-en, si vous utilisez d’anciennes jardinières, pour les nettoyer, dès à présent.
 Et oui, je travaille toujours sur ma procrastination, ce qui peut être fait aujourd’hui…Et ce qui est fait, n’est plus à faire!
Les mois de décembre et janvier sont plutôt des mois calmes au jardin. C’est donc le bon moment pour faire cette étape de nettoyage.
Cette étape est importante pour éviter que certains champignons restent présents et abîment vos futures plantations. Cela serait dommage. Le nettoyage est très simple, il suffit de brosser avec de l’eau tiède et du javel. Faire ensuite un bon rinçage et laisser sécher. 

Perçage des contenants.
Profitez-en également, si cela n’est pas fait, pour percer le fond de vos jardinières. C’est l’information importante de ce papier blog!
Un bon drainage permettra à vos plantes de s’épanouir. Les  racines des plantes n’aiment pas l’humidité constante et n’aiment pas avoir les pieds dans l’eau.
Si les jardinières ne sont pas percées, des maladies risquent de s’installer et les racines des plantes vont pourrir. On ne le dira jamais assez, le perçage des jardinières c’est essentiel. Je ne comprends même pas pourquoi elles sont vendues non percées !


En parlant de contenants, un sujet qui se pose : soucoupe ou pas soucoupe?

Soucoupe

J’aurais tendance à vous dire, ou plutôt écrire : soucoupe!
Je suis pro soucoupe car je ne suis pas très régulière dans mes arrosages de plantes. La soucoupe me sauve la mise. J’arrose abondamment mes plantes avant de les oublier (parfois un peu trop, oui, je sais, c’est pas bien, ça fait partie de mes prochaines résolutions).
giphy
L’avantage de la soucoupe, c’est quelle retient l’eau et donc les plantes continuent de puiser tant qu’elles en ont besoin.

Alors, oui, il faut quand même être vigilant avec la soucoupe. Il faut penser à la vider de temps en temps car sinon :
       1) les racines vont pourrir (rappeler vous, elles n’aiment pas végéter
           dans l’eau);
       2) les moustiques peuvent y élire domicile et moi qui y suis allergique…

Alors le lendemain de votre arrosage, videz les soucoupes!


moustiq


  • 2ème étape : trouver les emplacements.

Et oui, c’est important de savoir où l’on va installer ses jardinières. L’exposition va nous permettre de sélectionner les bonnes plantes le moment venu (exposition soleil ou bien ombre).


  • 3ème étape : réfléchir à vos futures compositions.

Vous pouvez, dés à présent, pendant ces mois d’hiver, souvent froids et humides, imaginer vos compositions. Trouvez vos thématiques : couleurs (monochrome ou camaieu), ambiance (romantique, naturel…). Et si vous avez des talents de dessinateurs, comme Stéphane Marie, de « Silence ça pousse », pourquoi pas attraper vos stylos de couleurs et coucher sur papier vos futures compositions?


  • 4ème étape : acheter du terreau et préparer vos tessons.

Moi, personnellement, j’aime bien me promener dans les jardineries en hiver. Cela permet de se projeter et cela donne beaucoup d’idée. Vous pouvez peut être profiter de l’hiver pour acheter votre terreau. Je vous conseille de prendre la terre de votre jardin ou bien du terreau pour jardinières ou plantes fleuries. On conseille souvent de mettre des billes d’argile au fond des jardinières. Oui, c’est important de drainer, nous l’avons vu. Mais savez-vous que les tessons d’anciens pots en terre cuite ou bien des graviers sont tout aussi efficaces et surtout moins cher que les billes d’argile!

Le saviez-vous : « Le terreau est un support de culture composé de matières organiques (sphaigne, tourbe, fibres et déchets végétaux, compost, fumier, etc.), auxquelles sont rajoutées des matières minérales (sable, perlite, vermiculite, argile, dolomie, etc.) et souvent de l’engrais.
Promesse de fleurs.


Si vous ne deviez retenir que 2 choses de ce papier : 
* percez vos jardinières ou contenants; c’est non négociable !
* libérez votre créativité!



Voilà, vous avez jusqu’au mois de mars pour préparer ces 4 étapes. Ah, une dernière petit chose, notez bien dans votre petit carnet de jardin ou votre agenda : début mars, opération achats et plantations pour vos jardinières.




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s